AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | .
 

 «Je sais les hivers, je sais le froid, mais la vie sans toi, je sais pas»-Ft Stonefield

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
A Astoria depuis : 19/03/2018
Autographes : 347
Métier : Actrice


more about me
statut: compliqué
my life :
people i care about :


MessageSujet: «Je sais les hivers, je sais le froid, mais la vie sans toi, je sais pas»-Ft Stonefield   Mer 4 Avr 2018 - 18:53


«C'est la providence, qui s'en mêle, un appel
Comme une deuxième chance, Irréelle tellement belle »
Emily Jean Stone&Andrew Russell Garfield

Ce matin-là Emma Stone se réveilla avec un mal de tête désastreux, bébé avait encore empêché maman de dormir, et elle était épuisée. Là, tout de suite, elle aurait aimé s'allumer une cigarette, mais elle n'en fit rien, car elle n'avait plus le droit de fumer, maintenant qu'elle était enceinte. "Enceinte", elle avait quand même toujours du mal à se l'admettre, et à dire vrai, elle devait impérativement en parler avec Andrew, c'était urgent. Non pas qu'elle veuille son avis, non, mais Emma commençait à prendre du ventre, et elle n'avait pas spécialement envie que l'amour de sa vie apprene qu'il va être papa dans les journaux à scandales, hors de questions ! Emma checka donc son téléphone, et prit son courage à deux mains, elle commença le texto, elle l'envoya même. Quelques minutes plus tard, la sonnerie de son téléphone retentissait "déjà" pensait-elle, il était plutôt rapide pour quelqu'un qui ne l'avait pas recontacté depuis trois mois maintenant. Quand elle ouvrit son téléphone elle explosa de rire, le texto disait ceci "Eh Em's, je sais que tu es épuisée à cause de bébé, et que je te manques déjà, mais on s'est vu hier ! PS : Je ne m'appelle pas Andrew, bécasse! " Emma avait donc tout simplement envoyé le texto destiner initialement à Andrew, à son meilleur ami Douglas Booth. Quel conne! Bon, ceci dit, ce n'était pas plus mal, cela voulait sûrement dire qu'elle ne devait pas le voir aujourd'hui après tout "Tu joues avec le feu Em's, même bébé s'agite là-dessous pour te le dire" pensa t-elle. Elle se mit un bon coup d'eau sur le visage, mangea un petit-déjeuner hyper copieux (en même temps, elle mangeait pour deux à présent) et décida d'aller faire un tour vers la plage, la musique dans les oreilles. Regarder l'océan en écoutant de la bonne musique, l'avait toujours beaucoup aidé pour l'apaiser, et l'aider à prendre des décisions. Elle mit donc une robe toute simple, et assez ample, pour ne pas que des personnes observent son léger bidon rebondit de femme enceinte de trois mois, mais quand même assez "sexy" au cas où des paparazzis viendraient à la prendre en photo, elle devait tout de même soigner son image après tout. Elle prit donc ses clef de maison, ne se maquilla que très légèrement, et laissa ses longs cheveux roux vénitiens détachés. La grossesse lui allait plutôt bien, malgré les heures de sommeil à rattraper, et le fait que son fils ou sa fille était un futur casse cou, vu comment il/elle semblait comme "bouger" dans son ventre. Tout allait pour le mieux, et elle était même rayonnante. Elle penserait à Andrew plus tard, pour l'heure, elle voulait voir l'océan. Elle mit donc ses écouteurs, et sortait de sa belle maison tout près de la plage, cette maison qu'ils avaient visités avec Andrew, qu'elle adorait appeler "Androun" à l'époque, juste pour l'embêter. De ce temps où ils étaient encore ensembles, et amoureux. Heureux, en fait. Tout en marchant sur la plage, pieds nus dans le sable, une sensation qu'elle adorait plus que tout, elle se perdit dans ses pensées ses yeux très clairs rivés vers l'océan, ne faisant pas attention où elle marcheait. Puis contre toute attente, elle butta sur quelqu'un, qui était au sol, visiblement assis, et tomba elle même par terre dans le sable. "Quel quiche, Emma, sérieux! Fais gaffe au bébé, merde" se disait-elle. Puis, penaude, elle alla pour s’excuser d'être tombé aussi bêtement, quand ses yeux croisèrent les siens. Elle ne connaissait que trop bien ce regard qu'elle aimait tant. Alors, elle ravala sa salive péniblement, et enleva ses mains de son bras, s'écarta comme ci elle était dans un rêve, et qu'elle venait de se prendre un coup de jus. D'ailleurs elle se pinça. "Aiie" pensa t-elle encore. Ah, oui en effet, il était bien réel "eh merde" pensa-t-elle à nouveau "merci bébé, t'es trop fort, t'as fait se réunir papa et maman, youpiii' se disait-elle encore ironiquement, alors que "bébé stonefield" n'y étais pour rien, à moins qu'il ait développé des supers-pouvoirs, là au chaud dans son ventre, comme quand papa était spider-man ?  «An...Andrew ? Je...Je suis désolé, je ne t'ai pas fait mal au moins?» "Je ne t'ai pas fait mal au moins" Bien, bien, tu t'améliores Stone, non vraiment, du grand art! Je dirais même plus HIMOTEP ma grande! Quel quiche tu fais, sérieux! se disait-elle ironiquement. Il était donc là, en face d'elle, un peu trop près d'elle d'ailleurs, et toutes les insultes qu'elle avait répété devant son miroir à son égard, s'envolèrent aussi tôt, il était tellement beau ..."Fichu hormones!" se rabâcha t-elle encore, et encore. Pourtant il faisait si beau aujourd'hui, pourquoi fallait-il qu'ils aient les mêmes goûts en matière d'évasion, en allant voir l'océan?!  
made by black arrow

-●-


Best way to make the impossible
is to believe it's possible
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
administrateur

avatar
A Astoria depuis : 22/07/2017
Autographes : 660
Métier : Acteur


more about me
statut: célibataire
my life :
people i care about :


MessageSujet: Re: «Je sais les hivers, je sais le froid, mais la vie sans toi, je sais pas»-Ft Stonefield   Mer 4 Avr 2018 - 23:46


«C'est la providence, qui s'en mêle, un appel
Comme une deuxième chance, Irréelle tellement belle »
Emily Jean Stone&Andrew Russell Garfield

Ce jour là, Andrew s'était réveillé avec un furieux mal de tête, et il ne fut même pas étonné de ça. Il avait encore picolé la veille. Une bonne grosse cuite comme cela lui était arrivé plusieurs fois au cours des trois derniers mois. Des cuites qui l'avaient fait faire tout et n'importe quoi au cours des dernières semaines. Tout ça parce qu'il n'arrêtait pas de penser à Emma. Oui, Emma, cette jolie rousse qui avait volé son coeur bien des années auparavant et qui lui avait clairement fait tourné la tête. Ils avaient vécu une belle histoire tous les deux, jusqu'à ce qu'une rupture arrive entre eux et qu'ils se quittent. Mais voilà, malgré le fait que ses amis les plus proches lui avaient dit de ne pas se laisser faire et de ne pas retomber dans les bras de cette jolie rousse aux yeux clairs, et bien, c'était bien la première chose qu'il avait fait cette nuit de janvier alors qu'ils s'étaient croisés lors d'une cérémonie de remise de prix. Parce que oui, cette nuit le taraudait encore. Déjà ce soir là, il avait bu assez pour ne plus se rappeler de son prénom le lendemain. Sauf que son corps était solide et qu'il se souvenait son prénom, cette nuit passée avec Emma, et surtout la lâcheté dont il avait fait preuve en se sauvant au petit matin alors qu'elle dormait encore, ses cheveux étalés sur l'oreiller, tel un ange. Clairement, il s'en voulait d'être parti comme un voleur. Mais il n'acceptait pas cette nuit là, il ne la reconnaissait pas comme ayant eu lieu, et c'était peut être pour ça que la bouteille était devenue sa meilleure amie. Que ce soit du whisky ou de la vodka, il n'hésitait pas à oublier un peu la raison pour se laisser aller. Après tout, on lui prêtait des relations avec les hommes, lui faire une réputation d'alcoolique serait peut être une meilleur chose non ? Il avait l'impression de se retrouver presque trois années plus tôt, lors de leur première rupture. Enfin, leur rupture définitive. Difficilement, il quitta son lit pour aller avaler un médicament et son cocktail anti gueule de bois. Il fallait clairement qu'il se reprenne et qu'il cesse de penser à cette fameuse nuit, à la jolie rousse de ses pensées et aussi à tout un tas de choses qui faisaient partie de sa vie aujourd'hui. Il pris une douche rapide afin de se réveiller d'avantage et décida d'aller courir sur la plage comme à son habitude. C'était un peu l'intérêt de s'être installé en bord de plage, il pouvait aller courir tous les jours. Il se motiva à l'aide de musique dans les oreilles et comme pour lui faire une petite piqure de rappel, le défilement de musique aléatoire décida de lui faire entendre l'une des musiques du film La La Land , oui, juste pour s'amuser avec ses nerfs, clairement. Après avoir changé la musique et après avoir couru pendant quelques kilomètres, le jeune homme décida de faire une pause et de s'assoir. Oui, s'assoir, regarder l'océan et penser, c'était ce dont avait besoin Andrew. Il avait besoin de penser à autre chose, de ne plus penser à Emma. Emma qui occupait clairement ses pensées depuis ces longs mois et qui en même temps sortait par moment de son esprit. Oui, quand il était si soul qu'elle devenait qu'un mirage à l'horizon. Il était tranquillement en train d'écouter la musique, assis quand il se retrouva littéralement écrasé sous le poids d'une personne qui venait de trébucher sur lui. Surpris, mais presque énervé, il s'apprêtait à faire des reproches à la personne qui venait de tomber quand il rencontra ce fameux regard d'un vert unique. SON regard. Comment est-ce qu'il pouvait se retrouver nez à nez avec cette personne, les yeux plongés dans CES yeux là. « Em... Emma ? Mais qu'est-ce que tu fais ici ! » Telle était la surprise que ressentait Andrew. Voir l'objet de ses pensées depuis qu'il l'avait quitté au petit matin se matérialiser littéralement devant lui semblait comme une hallucination. « Je veux dire... non, je n'ai mal nulle part, je suis solide !  » Comme si sa taille de guêpe pouvait lui faire quoi que ce soit. Sans compter qu'elle n'était pas bien lourde dans le fond. D'un coup, il se sentait coupable de la voir comme ça. Il ne lui avait envoyé qu'un message depuis leur fameuse nuit. Un simple message pour s'excuser d'être parti comme un voleil, mais ces excuses avaient été tardives, surtout parce qu'il l'avait laissé sans rien dire, et que ça, c'était bien le genre de chose qu'on ne faisait pas.  

made by black arrow

-●-

    Love me like you do ◇ everything hurt when i think about you. i wanted to spent my life with you and finally you don't expect the same. I still love you anyway.  copiright. endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
A Astoria depuis : 19/03/2018
Autographes : 347
Métier : Actrice


more about me
statut: compliqué
my life :
people i care about :


MessageSujet: Re: «Je sais les hivers, je sais le froid, mais la vie sans toi, je sais pas»-Ft Stonefield   Jeu 5 Avr 2018 - 1:02


«C'est la providence, qui s'en mêle, un appel
Comme une deuxième chance, Irréelle tellement belle »
Emily Jean Stone&Andrew Russell Garfield

Okay, quel était juste la probabilité qu'Emma tombe sur Andrew, une sur un millions ? Oui, sûrement. Et elle n'était pas prête, ils n'étaient pas prêts. Emma lui en voulait, elle lui en voulait tellement, mais en même temps elle l'aimait tellement, qu'elle n'arrivait pas à lui en vouloir de trop. Et puis aujourd'hui, ils étaient deux, enfin trois en comptant bébé qui grandissait. Alors lui en vouloir servirait à quoi, sincèrement ? A rien du tout. Mais Emma eut un fou rire, un de ces fous rires qu'on ne peut pas arrêter, tout simplement. Mais elle se reprit tranquillement, parce qu'elle devait lui parler, c'était important, bon peut-être pas tout de suite, tout de suite. Lui annoncer la bombe de sa grossesse serait juste énorme, d'abord, ils devaient se retrouver, enfin elle espérait qu'il en avait envie également. « Em... Emma ? Mais qu'est-ce que tu fais ici ! »  "Alors ça, mon chéri, figures-toi que c'est une longue histoire, j'attends ton enfant et j'ai décidé de venir te l'annoncer...surpriseee! Tu veux un peu de thé, des gâteaux secs pour faire passer la pilule de cette annonce merveilleuse ?!" pensa t-elle hilare. Ce qu'elle faisait ici ? Genre ici à la plage, ici sur lui, tombée comme un gros caca mou, ou ici à Astoria ? Sûrement la troisième option, mais Emma fit cette moue ironique, qui voulait répondre, mais qui n'en avait pas le temps, et c'est pas plus mal, elle n'en avait pas envie, pour lui dire quoi ? "Oh bordel, ça sent mauvais Stone, très, très, très mauvais" pensa-t-elle à nouveau. Seigneur, mais pourquoi était-il aussi beau, pourquoi était-ce si dur de lui parler, de le regarder, pourquoi? "Pourquoi? Oh bah juste parce que t'as envie de le bouffer, Stone" ce sourire ingrat était toujours sur son visage penaud quand Andrew continuait sa tirade tel un héro grec des temps modernes «Je veux dire... non, je n'ai mal nulle part, je suis solide ! » "Ah ça, pour être solide, tu l'es mon amour" un nouveau fou rire ingrat s'affichait chez la jolie rousse, mais qu'est ce qui lui arrivait, était-ce bébé qui la rendait si idiote ? Là, elle devait se reprendre, alors elle prit une ÉNORME inspiration, et devait user de toutes ses forces pour ne pas soit le gifler, soit l'embrasser, soit lui faire l'amour sur la plage, plusieurs options se bousculaient dans sa tête, là tout de suite. Celle de simplement lui indiquer le "pourquoi" de sa présence était le plus simple. Pourquoi était-elle là «Tant mieux, je m'en voudrais de te faire du mal inutilement» "comme tu m'en a fait, espèce d'imbécile" fallait qu'elle maîtrise ses pensées, un jour elle allait sortir quelque chose dont elle n'avait aucunes envies, clairement. Elle aurait tout donné pour pouvoir s'allumer une cigarette là tout de suite, ou s'allumer un gros pétard, ou se faire une bouteille de whisky à elle toute seule. Comme pour éviter la question, elle nota qu'Andrew semblait vraiment très fatigué, et absolument pas frais, comme si il avait picolé durant des semaines «Excuse-moi de noter ça, Androun, mais tu as l'air vraiment dans un sale état! Tout vas bien? » Son "Androun" était partit tout seul, elle s'en fichait qu'il y fasses attention ou pas, en fait elle s'inquiétait pour elle. Emma connaissait l'amour de sa vie par cœur, malgré les nombreuses douleurs qu'ils s'étaient infligés, et elle savait qu'il n'allait pas bien, elle le ressentait au fond de ses tripes. Et vu que ses sens de femmes enceintes étaient assez accru, il sentait quand même l'alcool. Pas beaucoup, mais quand même. Cette odeur lui donnait tout de suite des hauts les cœurs. "Ah ouai, non bébé, ne fais pas vomir maman comme ça devant papa, c'est vraiment pas sexy, s'il te plait bé" mais sa pensée, n'eut pas de fin, qu'elle vomissait une très belle galette non loin d'Andrew "Parfait, des retrouvailles tout en finesse, allez!" Confuse, elle s'excusa autant que possible, en prenant un chewing-gum qu'elle avait dans son sac, rester stoïque, ne rien faire laisser paraître "Etre miss france, Stone, être miss france" alors comme pour changer de sujets, et faire oublier ce qui venait de se passer, elle répondait donc à sa question le plus simplement possible «Alors, sur la plage j'y suis, car j'avais envie de marcher, tomber sur toi, parce que je crois que c'est le destin qu'on s'emboîtent, et sinon j'ai déménagé ici à Astoria il y'a une semaine déjà, dans la maison que nous avions visité ensembles il y'a longtemps, tu te souvient au bord de la plage ?» "C'est le destin qu'on s'emboîtent? Stone, sérieux?! T'en as d'autres comme ça?!" Emma lui fit un de ses plus beaux sourires, parce que malgré tout ce merdier, bah ça lui faisait plaisir de le voir, genre vraiment très très très plaisir. "Okay, là, va falloir calmer et ranger la déesse intérieure hein Stone, d'accord?!" Etre enceinte faisait que ses sentiments étaient doublés, c'était assez désagréable en soit. Surtout quand on est célibataire, et que l'homme dont vous rêvez toutes les nuits vous regarde avec ces yeux-là, ces yeux qui semblent inquiets depuis qu'elle avait libéré les roi mages en dévoilant leurs galettes surprise dans le sable quelques minutes plus tôt. "Purée, arrêtes de me regarder comme ça, Garfield!" Puis, simplement, elle approcha ses lèvres de la joue d'Andrew et y déposa un baiser très tendre «Ça me fais plaisir de te voir, Andrew. Vraiment très plaisir. Quoi de beau depuis la dernière fois qu'on s'est vus ?» "Et que tu m'as lâchement abandonné dans notre lit où on avaient faits l'amours durant une bonne partie de la nuit?" «Tu vis ici maintenant toi aussi? » "Tu le sais, Stone, vu que ton agent te l'a dit" Tout en attendant sa réponse, dont elle connaissait en fait la fin, ils continuaient de marcher, loin du vomi de la belle rousse. Franchement, ce n'était pas comme ça qu'elle voulait lui annoncer la nouvelle. Elle devait donc respirer bien fort pour être à deux milles pour cents présente avec lui, clairement. Elle ne se sentait vraiment pas bien. "Tu me tues bébé Garfield!"  
made by black arrow

-●-


Best way to make the impossible
is to believe it's possible
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
administrateur

avatar
A Astoria depuis : 22/07/2017
Autographes : 660
Métier : Acteur


more about me
statut: célibataire
my life :
people i care about :


MessageSujet: Re: «Je sais les hivers, je sais le froid, mais la vie sans toi, je sais pas»-Ft Stonefield   Dim 15 Avr 2018 - 20:51


«C'est la providence, qui s'en mêle, un appel
Comme une deuxième chance, Irréelle tellement belle »
Emily Jean Stone&Andrew Russell Garfield

La chance qu’Andrew se retrouve nez à nez avec Emma était fine, et d’ailleurs, il avait tout fait pour ne pas la croiser depuis qu’il était parti comme un voleur au petit matin. Parce que c’était plus simple de ne pas la croiser et recommencer cette histoire qu’ils avaient vécu dans le passé et qui les avait clairement ruiné tous les deux sentimentalement. L’anglais faisait face à son ex petite amie et ne parvenait pas vraiment à la regarder totalement dans les yeux, c’était le meilleur moyen qu’il perde encore toute contenance que de se retrouver face à ces beaux yeux bleus, une façon encore de se laisser aller à être avec elle alors qu’ils ne s’étaient fait que du mal et en plus, il s’était promis de passer à autre chose. De ne pas la laisser revenir dans sa vie alors qu’elle l’avait fait souffrir. Sans doute comme il avait du la faire souffrir en se sauvant après une nuit d’amour passionnée. En y pensant, Andrew avait encore les frissons de leurs corps l’un contre l’autre. C’était facile de ressentir ce genre de chose. Ressentir toutes ces choses quand il se trouvait auprès d’elle. Mais il fallait clairement qu’il fasse attention. Qu’il arrive à ne pas se lancer dans ce genre de relation qui ne fonctionnerait pas. Non clairement, ils avaient déjà essayé et ça s’était mal terminé. Ils s’étaient retrouvés durant une nuit, mais jamais il n’irait renouveller l’expérience, non, il fallait qu’il oubli ce moment, et c’était bien ce qu’il tentait de faire en buvant plus que de façon raisonnable. Ils étaient là, sur le sable, alors qu’elle venait littéralement de tomber sur lui. Mais cela ne lui avait pas fait mal. En même temps, elle était pas bien lourde, elle ne l’avait jamais réellement été de toute façon. « Aucun mal ici, je me sens parfaitement bien ! » Il la regardait, c’était compliqué de cesser de la regarder. Pourtant, il le fallait, il se releva, il était clairement encore dans le cirage. En même temps, ces longues soirées à enchainer les shots de vodka ou les bouteilles de vin ne l’aidait en rien, c’était même tout l’inverse. « Je vais bien oui, j’ai juste passé une mauvaise nuit, rien de bien important, ni de bien grave. » Une nuit durant laquelle il s’était tourné et retourné encore et encore parce qu’il ne cessait de penser à Emma, il ne cessait de penser à eux deux tous les deux cette fameuse nuit de janvier. C’était encore frais dans sa tête, et pourtant, il avait tellement essayé d’oublier tout ça, il avait essayé, mais clairement, vu comment il se sentait avec elle près de lui, il n’avait pas réussi à oublier quoi que ce soit. Il s’était finalement relevé et ils avaient commencé à marcher. Andrew n’allait pas rester dans le coin bien longtemps si c’était pour être avec elle et devoir s’expliquer sur ses nouvelles habitudes de se retrouver dans un état où il était parfois incapable de marcher. Alors qu’il marchait, il vit qu’Emma n’était pas vraiment dans son assiette elle non plus, pire que ça, elle se mis à vormir sans que rien ne puisse présager que cela arrive. Il ignorait ce qui lui arrivait, mais lui tendit un mouchoir qu’il avait avec lui alors qu’elle venait de terminer de régurgiter sans doute quelque chose qui n’était pas passé. « Emma, ça va ? Je dirais que dans le fond, c’est toi qui n’a pas vraiment l’air d’aller bien ! » Le concernant c’était bien autre chose, mais jamais il n’aurait pensé se retrouver nez à nez avec cette belle rousse. Il avait même presque envie de partir en courant avant de dire ou faire quelque chose qu’il pourrait ensuite regretter. « Je crois plutôt que tu ne regardais pas où tu mettais tes pieds, comme souvent. Par contre, qu’est-ce que tu viens faire à Astoria, le pays n’était pas assez grand pour que tu trouves un endroit où t’installer qui ne soit pas à côté de chez moi !? » Il ne voulait pas être cruel, mais il était bougon comme ça depuis longtemps maintenant. Depuis qu’il avait cedé à cette attirance entre eux cette fameuse nuit, depuis qu’il avait eu envie de la retrouver. Envie de la toucher, de la sentir, d’être juste avec elle. Oui, il regrettait un peu de s’être laissé aller comme ça. Il n’aurait vraiment pas du. « Tu veux dire depuis que je suis parti comme un voleur ? Je suis presque étonné de ne pas encore avoir reçu la gifle que je méritais pour être parti comme un voleur. » Il s’était excusé par message, mais cela n’effaçait rien du tout. Au contraire d’ailleurs. « Je vis ici depuis presque une année maintenant. Je ne pensais pas que tu finirais par venir ! » Comment est-ce qu’il allait l’oublier maintenant ? Comment est-ce qu’il allait arriver à mettre cette femme derrière lui si celle-ci venait s’installer juste à côté. Il marchait, se demandant bien pourquoi le destin s’amusait à les mettre l’un sur le chemin de l’autre encore et encore.
made by black arrow

-●-

    Love me like you do ◇ everything hurt when i think about you. i wanted to spent my life with you and finally you don't expect the same. I still love you anyway.  copiright. endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
A Astoria depuis : 19/03/2018
Autographes : 347
Métier : Actrice


more about me
statut: compliqué
my life :
people i care about :


MessageSujet: Re: «Je sais les hivers, je sais le froid, mais la vie sans toi, je sais pas»-Ft Stonefield   Mar 17 Avr 2018 - 1:26


«C'est la providence, qui s'en mêle, un appel
Comme une deuxième chance, Irréelle tellement belle »
Emily Jean Stone&Andrew Russell Garfield

 « Aucun mal ici, je me sens parfaitement bien! Je vais bien oui, j’ai juste passé une mauvaise nuit, rien de bien important, ni de bien grave. » Ce qu'Emma ne comprenait pas c'est que même avec une tête de Frenkeinstein, Andrew était beau. Aux yeux d'Emma, Andrew était la perfection, et sous plusieurs domaines. Déjà, il avait cette générosité, et cette bonté d'âme qui l'avait à l'époque séduite, et dont elle était littéralement dingue aujourd'hui. Emma Stone n'a jamais oublié l'amour de sa vie, Andrew Garfield, et ça tous ses proches le savaient. Ils le savaient, et ça les inquiétaient. Dernièrement, elle avait revu ses deux meilleurs amis Matt, et Douglas, et tout deux étaient inquiets, heureux d'apprendre sa grossesse, sans doutes, mais inquiets. Sauf qu'Emma en avait marre qu'on s'inquiète, car tout allait bien. Oui, tout va bien, Stone. T'es juste enceinte d'un homme qui a potentiellement plus envie de tenir compagnie à cet oiseau qui vient de chier dans le sable, qu'avec toi. Splendide! Mais s'il y avait bien quelque chose que ces deux-là avaient, c'est qu'ils savaient quand l'un et l'autre mentait, même s'ils n'étaient plus un couple. Donc quand Andrew avait affirmer qu'il allait bien, Emma avait refait ce rire très ingrat qu'elle avait depuis le début. Ce rire qui ne la mettait pas du tout en valeurs, mais qui était "nerveux". Oui, nerveux, car Andrew la rendait nerveuse. Elle aimait tellement cet homme, que se trouver si près de lui la rendait dingue. Elle voulait revivre cette nuit passionné, encore, et encore. Emma se souviens s'être sentie si heureuse, et épanouie dans ses bras. Elle l'avait même regarder dormir, pendant une bonne partie de la nuit à lui caresser tendrement le visage. Et à cet instant, elle l'avait trouvé parfait, et il l'était à ses yeux malgré ses nombreux défauts. Et un très mauvais menteur  «Rien de grave, Andrew ? Tu t'es regarder dans la glace récemment ? Tu fais peur, je t'assures. Moi je t'aime, donc on s'en fous, mais tu fais peur! T'as une tête affreuse, et des cernes dignes d'énormes poches de Kangourou, ou de bébé Kangourou comme tu veux» Oh, bordel! Dans sa torpeur et sa tirade, Emma venait juste de balancer un "je t'aime"! Punaise, mais pourquoi, POURQUOI n'arrivait-elle pas simplement à tourner la page, à l'oublier, bébé ou pas dans son ventre ?! Peut-être parce qu'il était son univers, et que de lui demander de vivre sans lui, était au même titre que de lui demander d'arrêter de respirer ? Sûrement. Mais heureusement (ou malheureusement) elle espérait qu'Andrew n'ai pas fais attention à son "je t'aime" sachant que de toutes façon, elle avait vomi une superbe galette, et qu'il semblait s'inquiéter. Merci bébé, t'es aussi chiant que ton père, dis-donc! alors tout en lui tendant un mouchoir avec ses initiales (mouchoir qu'elle lui avait offert d'ailleurs) qu'elle accepta avec joie, son inquiétude était de plus en plus palpable Purée, Androun, tu veux bien arrêter d'être parfait cinq minutes, sérieux ? J'aimerais te détester, là merde! « Emma, ça va ? Je dirais que dans le fond, c’est toi qui n’a pas vraiment l’air d’aller bien ! » Emma ne pouvait décidément pas lui annoncer sa grossesse comme ça, non pas après avoir vomi, hors de questions, alors elle prit le partie de lui "mentir" ou plutôt de cacher son état actuel en y rajoutant un merveilleux sourire, dont elle avait la clef «Moi? Ah non, je respire le bonheur! Vraiment! J'ai mangé des huîtres hier avec Matt, c'est peut-être ça qui n'est pas passé! Tu sais à quel point j'adore les fruits de mer!» Evidemment, c'était plus qu'ironique. Emma détestait tout ce qui était animale, elle n'était pas végétarienne, mais elle ne mangeait définitivement pas les fruits de mer, et encore moins les huîtres, dont elle avait horreur. Mais cela faisait des années, ce genre de détails, Andrew devait l'avoir oublié, ce qui l'avait complainte dans son "mensonge". Puis, tranquillement, ils marchèrent l'un à côté de l'autre. Emma pouvait sentir le parfum, ainsi que l'odeur corporel de l'amour de sa vie, et ça la rendait encore plus nauséeuse, mais cette fois-ci au sens littéraire du terme. Bébé s'était "calmé" et elle n'avait plus de remontées acides, tant mieux. Une galette, c'était suffisant, clairement. Par contre à défaut d'une galette, Emma recevait un boulet de canons de la part de son ex « Je crois plutôt que tu ne regardais pas où tu mettais tes pieds, comme souvent. Par contre, qu’est-ce que tu viens faire à Astoria, le pays n’était pas assez grand pour que tu trouves un endroit où t’installer qui ne soit pas à côté de chez moi !? » J'attends ton enfant, connard! Ohlà, elle devait se calmer, ne pas céder à la tentation d'être désagréable, non. Emma était une femme très douce, et absolument pas vulgaire. Non absolument pas « Dit-moi t'as décidé d'être un enfoiré à temps pleins avec moi ou c'est comment, Andrew ?! » J'ai dit agréable, bordel, ooohhh Allez, respire Em's. Ne l'insulte pas, il a raison, le pays est grand, il mérite une explication. Tu peux le faire mais avant même qu'elle ne puisse reprendre son souffle, et ce qu'elle disait, Andrew enchaîna à son tour « Tu veux dire depuis que je suis parti comme un voleur ? Je suis presque étonné de ne pas encore avoir reçu la gifle que je méritais pour être parti comme un voleur. » Emma n'arrivait pas à le comprendre. D'habitude, Andrew était beaucoup moins direct. Ce qui l'engageait à affirmer que quelque chose n'allait pas. Sa tête, ainsi que tous le reste ne collait pas avec son personnage. Tout comme elle, elle n'avait jamais été grossière, mais bébé lui faisait réagir de façon plus impulsive, souvent involontairement. Il continuait donc leurs marches, et Emma était juste perdue dans ses pensées, elle devait lui dire la vérité de son arrivée ici, il la méritait, et advienne que pourra. La suite, c'est lui seul qui la déciderait pour tous les trois, Emma l'aimait beaucoup trop pour lui imposer d'accepter cette grossesse, et de vivre avec elle. Après tout, il lui avait plutôt bien fait comprendre que sa présence le dérangeait au plus haut point, et qu'il ne voulait pas la voir dans sa vie, n'est-ce-pas ? « Je vis ici depuis presque une année maintenant. Je ne pensais pas que tu finirais par venir ! » Ensembles, ils trouvèrent un banc, auquel ils s'asseyaient. Oui, elle non plus n'avait pas prévu tout ce merdier, loin de là en fait. Non pas qu'Emma ne voulait pas de cet enfant, ou d'enfant tout court. Mais dans l'idée, elle aurait aimé en avoir avec un homme qui l'aime, pas un homme qui le déteste comme c'était le cas avec Andrew. Ça lui brisait le cœur, eux qui avaient été si complices, et proches, et fusionnelles par le passé. Emma regarda l'océan, avec ses grands yeux verts, elle respira un bon coup, et plongea ses grands yeux tristes dans ceux de son âme sœur   « Oui, je n'avais pas vraiment prévu de venir m'installer ici » Mais c'était pour pouvoir être plus proche de toi, mon amour « Et, oui tu as été un parfait connard de partir comme ça comme un voleur, et crois-moi, j'ai revécu cette scène où je te giflais, encore, et encore, et encore. Mais à quoi bon? Ce qui est fait, est fait, et tu sais que je ne suis pas très adepte de la violences quoiqu'il arrive. Puis tu ne le mérites pas, après tout, je t'ai moi-même fait souffrir tant de fois. J'ai pas toujours été très tendre avec toi, et je le regrette tous les jours un peu plus» Elle prit une autre grande respiration, le moment fatidique approchait à grands pas «Tout ça pour dire, que je ne t'en veux pas. Je crois que je ne t'en ai jamais voulu, en vérité. J'ai été blessé, et déçue, car je pensais que tu m'aimais encore, toi aussi. Je pensais que cette fameuse nuit ensembles avait autant compté à tes yeux qu'aux miens...J'ai eu tord, je le vois bien que tu me hais aujourd'hui, et sache que ça me brise le cœur. Je m'en veux de t'avoir fait tant de mal sans le vouloir à l'époque, et je m'en veux de t'avoir perdu définitivement, ce qui me fais venir au point essentiel de ma venue ici à Astoria» Allez, flanche pas ma beauté, ça va aller. T'es fort et courageuse, Stone. Ce bébé tu l’élèvera toute seule, et puis c'est tout. T'en a vu d'autres-Pas d'enfants hein (a) Ses yeux passaient de l'océan à ceux d'Andrew, et là ils étaient vers l'océan quand elle lui annonça ENFIN la véritable raison de son déménagement à Astoria « A vrai dire, je suis plutôt heureuse d'être tombé, au sens propre du terme, et tu as raison sur le fait que je sois toujours aussi maladroite, sur toi aujourd'hui. Je ne vais pas passer par quatre chemins, Andrew. Si j'ai choisi de venir vivre auprès de toi ici, à Astoria, c'est pour une raison très particulière» Puis, Emma décida d'affronter le regard d'Andrew, qui était remplis d'émotions qu'elle n'arrivait pas à définir «Si j'ai vomis une belle galette tout à l'heure, ce n'était pas pour t’impressionner sur mon dons au ridicule, non. Ça, tu le sais déjà que j'enchaîne les situations gênantes. Ça fais même parfois partie de mon charme..» Tu parles trop, Stone, tu vas l'endormir le pauvre petit, viens-en aux faits, allez! «J'attends un enfant, enfin si tu préfères "on" attends un enfant» Oui, enfin non. Je l'attends toute seule, c'est pas toi qui est enceinte quand même. Mais ne t'en fait pas, j'étais juste venue te l'annoncer, je ne veux rien de toi. Pas si tu me hais, pas si tu ne m'aimes pas. ces pensées-là, elle aurait aimé les rajouter, mais elle n'en fit rien. Cette vision, elle l'avait filmé dans sa tête, encore, et encore, et encore. A chaque fois, ce n'était pas l'issue qu'elle voulait. Cette fois-ci, elle espérait juste que la vie pourrait, en un sens, leurs offrir une seconde chance. La vie, ou plutôt, Andrew.
made by black arrow

-●-


Best way to make the impossible
is to believe it's possible
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
administrateur

avatar
A Astoria depuis : 22/07/2017
Autographes : 660
Métier : Acteur


more about me
statut: célibataire
my life :
people i care about :


MessageSujet: Re: «Je sais les hivers, je sais le froid, mais la vie sans toi, je sais pas»-Ft Stonefield   Dim 6 Mai 2018 - 23:34


«C'est la providence, qui s'en mêle, un appel
Comme une deuxième chance, Irréelle tellement belle »
Emily Jean Stone&Andrew Russell Garfield

Andrew était dans un sale état, il le savait, mais ça, c’était le manque de sommeil et d’alcool aussi. Il n’arrêtait pas d’y penser encore et encore, c’était simple d’ailleurs de se laisser aller à ressasser cette nuit qu’il avait passé avec Emma. Une nuit qu’il n’imaginait pas vivre le moins du monde. Non, en réalité, tout ce qu’il avait imaginé, c’était d’oublier cette nuit là comme si elle n’était jamais arrivé. Faire en sorte de ne plus penser au fait qu’il s’est carrément laissé aller à retomber dans les bras de cette jolie rousse qu’il avait quitté auparavant. Il pensait avoir tourné la page, même Alex lui avait dit que c’était bien qu’il soit passé à autre chose, qu’il ait enfin accepté que leur histoire était derrière eux. Oui mais ça, c’était bien avant que le beau brun ne retombe sur ce regard azur, bien avant qu’il ne se retrouve seul avec elle et que son cœur ne s’emballe rien qu’à l’idée de l’avoir une nouvelle fois juste pour lui. Cette pensée, c’était ça qui l’obsédait depuis plusieurs mois. L’idée de l’avoir eu dans ses bras, de l’avoir aimé pendant plusieurs heures, et puis d’être parti comme un voleur, comme un lâche. Mais il n’avait pas été capable de la retrouver, pas capable de rester là au réveil. Leur histoire était vouée à l’échec, ils avaient été heureux un temps, mais ils s’étaient tous les deux fait souffrir, alors Andrew n’allait pas une nouvelle fois laisser la possibilité à leur histoire de reprendre là où ils l’avaient arrêté. Oui, il fallait qu’il se remette, cette histoire n’était pas une bonne chose, ni pour elle, ni pour lui d’ailleurs. « J’ai juste passé une mauvaise nuit, ça arrive à tout le monde non ? Sérieusement, il n’y a rien d’inquiétant à ça. J’ai déjà été dans de pires états après une journée entière sur un tournage. Franchement, je ne vois pas ce qu’il y a d’inquiétant. » Bien entendu, Andrew avait bien entendu qu’elle lui avait dit qu’elle l’aimait, mais en dehors de ce pincement au cœur si particulier, Andrew ne préféra pas y faire attention. C’était la porte ouvert à une souffrance qu’il ne désirait pas éprouver à cet instant. Non, tout ce qu’il désirait, c’était avant tout se retrouver dans un autre endroit que l’endroit où il se trouvait actuellement. Emma c’était sa faiblesse, son pêché mignon en quelque sorte. Et la plupart du temps, il avait juste envie de la prendre dans ses bras. Et tout le monde savait comment cela se terminait en général, comment cela se finissait de se retrouver avec elle dans les bras. Non, il fallait qu’il garde le contrôle, qu’il oublie simplement tout ce à quoi il pensait. « Ouais, c’est peut être une intoxication alimentaire, mais depuis quand tu manges des fruits de mer ? Je croyais que cela te faisait horreur, clairement, ça doit être pour ça que tu es malade. » Le jeune homme ne faisait peut être pas attention à des petits détails, mais il n’oublierait jamais certaines choses à propos d’Emma. Cette jeune femme lui avait clairement retourné la tête et il y a des choses qu’on ne pouvait clairement pas oublier à propos de la femme qu’on aimait, même des années après. Ils se trouvaient tous les deux si proches à cet instant et Andrew tentait tant bien que mal de garder les idées clair bien qu’il n’était clairement pas en forme lui non plus, mais pas pour les mêmes raisons. Il fallait qu’il reprenne du poil de la bête et qu’il cesse comme ça de mettre cette distance entre eux. Pourtant, là, maintenant, tout ce qu’il désirait, c’était de se retrouver seul, totalement seul. Ne plus être avec Emma et ne pas devoir lui parler ni même se retrouver près d’elle. Ce serait tellement plus simple pour lui là, maintenant. Mais on ne choisissait pas ce genre de chose, pas vrai ? « Je suis peut être un enfoiré pour être parti comme un voleur, mais là, je me contente de dire la vérité, franchement, la terre est assez grande pour que tu ne débarques pas ici, là où je vis ! » Andrew n’était pas dans son état normal, ça, c’était une certitude, il était encore sous l’effet de l’alcool qu’il n’avait pas encore totalement éliminé de son métabolisme. Pas vraiment étonnant vu la quantité qu’il avait ingurgité. Quel connard il faisait à cet instant. Mais pas seulement a cet instant,il était quand même partit comme un voleur, sans rien dire quand il avait passé la nuit avec elle. Et d’ailleurs, qu’est-ce qu’elle voulait à venir ici. Il aurait aimé ne plus jamais la revoir. Pouvoir penser à autre chose, tourner la page en quelque sorte. Mais c’était clairement compliqué quand l’objet de ses tourments était juste en face de lui. Ils s’étaient tous les deux approchés d’un banc. Là où Andrew serait bien parti pour rentrer chez lui avant de dire quelque chose qui serait probablement blessant, il finit par s’assoir à côté d’elle finalement, restant silencieux quelques instants, essayant de se contenir autant qu’il le pouvait. Il l’écoutait, autant qu’il le pouvait, il l’écoutait parce que c’était tout ce qu’il pouvait faire. En l’écoutant, il réalisait qu’elle ne savait pas toute la vérité. Cette nuit avait été importante pour lui, elle avait compté. Parce que c’était avec elle, parce que c’était important. Mais Andrew avait trop souffert par le passé, ils s’étaient tous les deux fait souffrir par le passé. Trop souvent pour que ce soit possible d’arranger les choses. Alors il la laissait parler, comme il l’avait un peu toujours fait. Il la regardait, mais ne disait rien, pas grand-chose en tout cas. Juste parce qu’il voulait savoir exactement ce qu’il pouvait lui dire. Et puis vint finalement l’annonce, cette annonce qui fit que son cœur manqua littéralement quelques battements. Il eu juste le souffle coupé, cette incroyable impression de manquer d’oxygène. « Qu… Comment ? » Il essaya de retrouver une contenance alors que dans sa tête, un étrange bourdonnement se faisait entendre. « Non… ce n’est pas possible… c’était qu’une nuit…. Ce… » Impossible d’en dire d’avantage. Andrew s’en voulait encore d’avantage à cet instant, il l’avait mise enceinte. Cette unique nuit avait suffit à la mettre enceinte et maintenant, cela allait être une vie où il serait lié à elle.
made by black arrow

-●-

    Love me like you do ◇ everything hurt when i think about you. i wanted to spent my life with you and finally you don't expect the same. I still love you anyway.  copiright. endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
A Astoria depuis : 19/03/2018
Autographes : 347
Métier : Actrice


more about me
statut: compliqué
my life :
people i care about :


MessageSujet: Re: «Je sais les hivers, je sais le froid, mais la vie sans toi, je sais pas»-Ft Stonefield   Mer 9 Mai 2018 - 17:45


«C'est la providence, qui s'en mêle, un appel
Comme une deuxième chance, Irréelle tellement belle »
Emily Jean Stone&Andrew Russell Garfield

On y étaient, c'était le moment dont Emma redoutait depuis qu'elle savait qu'elle était enceinte. Affronter le regard de l'amour de sa vie. Quand elle repensait à leurs nuit ensemble, elle ne pouvait s'empêcher d'éprouver une certaine chaleur. C'est simple, Emma s'était toujours sentie chez elle avec Andrew, ou dans les bras de ce dernier. Et même si leurs dernière nuit passée ensemble avait été courte, elle avait été merveilleuse aux yeux de la jolie rousse, vraiment. Quant Andrew était parti comme un voleur, c'est vrai qu'elle avait eu envie de lui vomir dessus, de le giffler, bref elle lui en avait voulu Super Em's tu ne l'a pas giffler, mais tu lui as quand même vomis dessus, pas mal, non ? Dam'n bébé Garfield... mais aujourd'hui, elle essayait de le comprendre, et elle y arrivait. Elle ne lui en voulait plus, elle avait juste souhaité être honnête avec lui, honnête avec elle-même, et pour cet enfant qu'ils attendaient ensembles. Elle ne voulait pas mentir au père, elle ne le pouvait pas. D'où sa présence initiale à Astoria « J’ai juste passé une mauvaise nuit, ça arrive à tout le monde non ? Sérieusement, il n’y a rien d’inquiétant à ça. J’ai déjà été dans de pires états après une journée entière sur un tournage. Franchement, je ne vois pas ce qu’il y a d’inquiétant. » Ouai, rien d'inquiétant en soit. Sauf que la belle rousse connaissait son ex, et amour de sa vie par coeur. Elle savait qu'il ne buvait que rarement, et les uniques fois avaient été quant ils s'étaient quittés, ou engueuler. Andrew était très loin d'être porté sur la bouteille, donc le fait qu'il le soit devenu, peut-être par sa faute, elle ne le supportais pas. Le voir souffrir lui brisait le cœur. Elle ressentait sa souffrance au fond de ses tripes, à présent elle avait un bout de lui avec elle, qu'elle chérissait tellement. Donc sa douleur, était la sienne. Mais elle préférait ne pas relever cela. Elle espérait juste que leurs retrouvailles étaient le début de quelque chose de nouveau entres eux, et qu'elle réussirait avec le temps à lui rendre ce sourire qu'elle aimait tant et qui illuminait son beau visage. Et il rajoutait comme pour se rassurer lui-même, sûrement. Parce qu'elle n'était pas du tout rassurée de le voir dans cet état. Sans compter qu'il ne sente pas bon, il était également très sec et désagréable dans sa façon de parler  « Ouais, c’est peut être une intoxication alimentaire, mais depuis quand tu manges des fruits de mer ? Je croyais que cela te faisait horreur, clairement, ça doit être pour ça que tu es malade. » et ça ne lui ressemblait pas non plus de l'être. Andrew Garfield était l'homme le plus gentil, le plus respectueux, et le plus gentleman qu'il ait été donné à Emma de rencontrer. Ces qualités là avaient fait parties de ces nombreuses choses qui avaient faits qu'elle l'aimait immensément. Elle fut touché qu'il se souvienne de ce détail des fruits de mers, cependant. Et avec le temps, ces petites choses lui manquaient aussi. Alors, elle se rapprocha de lui tendrement, avant de prendre la parole, confiante de leurs futur ensembles, là tout de suite. Peut-être que leurs histoire n'était pas complètement morte après tout, si Andrew se souvenait de ce genre de détails  « Tu t'en souviens...C'est un bon point. Oui, vois-tu j'aime les fruits de mer autant que toi l'alcool... » Une personne étrangère aurait rigolé, clairement. On se croirait sur un terrain de boxe, à qui va lancer le "coup" le premier. Ces deux-là se connaissaient trop bien, ils avaient toujours été complémentaire. Le Yin et le Yang. Emma mit tendrement ses mains sur son ventre de femme enceinte Papa nous aimes toujours, bébé. C'est peut-être pas perdu... Et alors que la jolie rousse voulait s'avancer pour le prendre dans ses bras, parce qu'elle en avait juste envie, Andrew repris la parole. Emma était heureuse, en fait. Elle avait appréhendé ces retrouvailles, mais en fait elle ne devait pas, vraiment pas. Tout se passait si bien..« Je suis peut être un enfoiré pour être parti comme un voleur, mais là, je me contente de dire la vérité, franchement, la terre est assez grande pour que tu ne débarques pas ici, là où je vis ! » Emma ouvrit la bouche en grand, outré des propos de son ex-amour. Comment pouvait-il être si désagréable ? Le salop...En fait je crois que c'est cuit, bébé. Papa ne fera pas partie de ton monde, pardonne-moi. Maman a tout essayé... C'était fort de café quand même ce qu'il venait de lui dire. La belle rousse était très triste de sa réaction, vraiment. Il semblait souffrir à la simple idée de sa vue, de sa présence. S'en était trop, alors elle lui avoua la véritable raison de sa raison ici, à Astoria Dans cette ville, où tu ne veux pas que je sois et la réaction d'Andrew lui brisa le cœur, encore. Décidément ton papa est vraiment le roi des cons, mon amour « Qu… Comment ? Non… ce n’est pas possible… c’était qu’une nuit…. Ce… » Emma avait le cœur en sang. Okay, elle savait qu'il n'allait pas sauter de joie, mais le fait qu'il semblait...Déçu, lui brisa encore plus le cœur. Alors, elle fit quelque chose de très spontanée, qu'elle n'avait absolument pas calculer. Elle s'approcha, pris la main d'Andrew, les posa sur son ventre, et déposa un baiser très tendre sur ses lèvres. Ce serait donc leurs derniers contact. Toujours avec un regard tendre, elle se détacha de lui avant de rajouter « J'ai mon rendez-vous des quatres mois dans six jours. Je vais savoir si j'attends une fille ou un garçon, donc si. Ce n'était qu'une nuit, mais elle était intense.» Puis, elle décida de faire une dernière action qu'elle n'avait pas non plus préméditée, et qui était très spontanée, avant de le quitter définitivement Allez, courage Stone. Le plus dur a été dévoilé, maintenant tu dois dire adieu. On s'en sortira tout seul mon bébé. Emma prit les deux mains de cet homme qui avait été, et sera toujours son univers, et avec ce regard toujours aussi tendre, remplis de larmes cette fois-ci qu'elle ne pouvait contenir fichu hormones elle rajouta, comme une dernière déclaration, avant de quitter sa vie définitivement « Je t'aime, Andrew Russel Garfield. Je t'ai toujours aimé, et je t'aimerai toujours. Tu as été et sera toujours le grand amour de ma vie. Si je suis revenue vivre ici, à Astoria, tu en connais aujourd'hui la raison. Mais je ne te demande rien, non. J'ai juste voulu être honnête avec toi. Cet enfant, je vais le garder. Il ou elle sera toujours le meilleur morceaux de toi et moi. Ne t'en fais pas, tu n'entendra plus jamais parler de moi. Sois heureux, et arrêtes de boire, je t'en supplie. C'est tout ce qu'on te demande, ton futur enfant, et moi. Tu es libre, mon amour. Je te laisses partir. Pardon de t'avoir rendu malheureux, je n'ai jamais voulu cela, jamais. Adieu mon Androun.»Puis elle le prit une dernière fois dans ses bras, savourant ces quelques dernières secondes, ce parfum qu'elle adorait tant. Puis, doucement, elle se détacha, et elle commença à s'éloigner, le cœur lourd et les larmes qui perlaient sur son visage de poupée de cire brisée. Dos à lui, elle marchait, pensant que c'était la dernière fois qu'elle le reverrait. Pensant que c'était la fin de leurs "Stonefield", la fin de leurs amours. Après tout, il ne voulait pas être lié à elle, il lui avait bien fait comprendre, et Emma ne pouvait pas lui imposer cette situation, si Andrew n'en était pas fou de joie, et ne la souhaitait pas. Jamais elle ne lui imposerait d'être heureux,juste pour leurs enfants. Elle voulait retrouver l'homme qui l'avait aimé passionnément, cette complicité unique. Ces moments merveilleux ensembles, à se comprendre sans même un regard, sans même un mots. Mais elle savait, elle savait que c'était folie. Andrew ne l'aimait pas, et il ne l'aimerai jamais plus jamais...Pas vrai? Tout en marchant dos à lui, et en s'éloignant, elle mit ses mains sur son ventre T'en fais pas, ça va aller. Maman est là, tout va bien et elle voulait vraiment s'en assurer. Elle voulait s'assurer qu'elle n'était pas brisée, qu'elle pourrait vivre sans Andrew. Foutaises...Mais aimer quelqu'un, c'est faire des sacrifices. Et ce sacrifice, elle l'accepterait. Elle préfère ne plus jamais le revoir, plutôt que de revoir ce regard "haineux" envers elle. Non, plus jamais. Il était libre à présent, il ne l'aurait plus jamais dans sa vie, elle allait s'en assurer. Elle voulait qu'il soit heureux, et apparemment, elle ne le rendait pas heureux. Elle était toxique à son bien-être, terminer. Show must go on.
made by black arrow

-●-


Best way to make the impossible
is to believe it's possible
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
administrateur

avatar
A Astoria depuis : 22/07/2017
Autographes : 660
Métier : Acteur


more about me
statut: célibataire
my life :
people i care about :


MessageSujet: Re: «Je sais les hivers, je sais le froid, mais la vie sans toi, je sais pas»-Ft Stonefield   Lun 21 Mai 2018 - 23:55


«C'est la providence, qui s'en mêle, un appel
Comme une deuxième chance, Irréelle tellement belle »
Emily Jean Stone&Andrew Russell Garfield

Andrew n’avait jamais oublié Emma, jamais il n’avait oublié tout ce qu’ils avaient vécu, tout ce qu’ils avaient ressentis l’un pour l’autre. C’était incroyable tout ce qu’il avait pu ressentir en se trouvant avec elle, notamment lors de cette fameuse nuit qui avait finalement marqué quelque chose en lui d’indélébile. Il s’était rendu compte à cet instant là qu’il la désirait encore, qu’il l’aimait encore. Qu’elle n’était pas simplement la femme qu’il avait aimé, mais que c’était la femme qu’il aimait encore. La femme qui l’avait rendu heureux et qui lui avait fait réaliser qu’il ne pouvait pas être plus heureux que quand il était avec elle. Repenser à cette nuit faisait se balader une belle chaleur en lui, parce qu’il se souvenait encore de ce moment où il l’avait tenu dans le creux de ses bras. Ces instants où ils s’étaient donnés l’un à l’autre dans cette chambre d’hôtel ne pensant qu’à ce qu’ils avaient toujours sentis l’un pour l’autre. Et c’était sans doute ce qui lui faisait si mal aujourd’hui, le fait de l’avoir retrouvée pour la perdre à nouveau, le fait de ne pouvoir être avec elle autant qu’il l’aurait voulu. Ce n’était pas facile d’aimer quelqu’un comme il l’aimait et pourtant, malgré toutes ses bonnes résolutions, il était évident qu’aujourd’hui encore, il était amoureux d’elle et ne pouvait pas simplement l’oublier ou oublier tout ce qu’ils avaient vécu dans le passé ensemble. Et puis il suffisait de le voir à cet instant. Il n’était que l’ombre de lui-même. Quelqu’un qui n’avait jamais été du genre à se sentir aussi mal pourtant. Il était plutôt du genre à se sentir bien, serein et apaisé. Mais aujourd’hui, c’était pire que tout. Si ce n’était que ses problèmes d’alcool, ce ne serait rien, mais ce n’était pas que ça, c’était aussi la présence d’Emma près de lui. Tout ça, c’était pour lui rappeler qu’il avait souffert de leur rupture et que leur nuit, bien qu’ayant été la plus belle qu’il ait vécu depuis longtemps était une erreur qu’il regrettait sans vraiment la regretter. Tout ça était compliqué pour lui et il ne savait pas trop comment il pouvait gérer les choses, comment il pouvait les accepter. Emma n’avait pas été autour de lui pendant un moment et maintenant qu’elle se trouvait à Astoria, cela lui semblait être quelque chose de vraiment étrange. Trop étrange pour parvenir à s’en remettre pleinement. Le trentenaire tentait tant bien que mal de garder une bonne raison, mais c’était compliqué. Et puis Emma ne cessait de lui rappeler tout ce qu’il connaissait d’elle. Tout ce qu’il n’avait jamais réellement oublié. Le jeune homme n’oublierait jamais à quel point il se souvenait de tout ce qui concernait la jeune femme. Elle avait toujours marqué son esprit, de toutes les façons que c’était. Difficile alors de passer totalement à autre chose quand même ce qu’il faisait parfois au quotidien lui rappelait son quotidien avec sa jolie rousse. Cela parraissait loin et en même temps, c’était encore très proche. « Ce n’est pas que je n’aime pas l’alcool, c’est que je n’en consomme que très peu. Mais il n’empêche que parfois, ça fait du bien de se laisser aller en bonne compagnie. » Ce n’était peut être pas la chose à dire, mais il fallait avouer que boire en bonne compagnie, ce n’était pas quelque chose de mauvais, pas vrai ? Il aimait passer de bonnes soirées, bien entouré, il le faisait régulièrement ces derniers temps. Mais il faisait beaucoup de choses ces derniers temps qui ne lui ressemblait pas, comme actuellement, alors qu’il parlait à Emma et qu’il lui repprochait d’être venue dans la ville où il se trouvait. C’était cruel, et c’était bien la dernière chose qu’il aurait du dire. Putain, pourquoi n’avait-il pas simplement les idées claires. Elle aurait été mieux accueillit s’il n’avait pas eu cette fichue gueule de bois. Finalement, elle se leva, prête à partir, Andrew l’écouta, autant qu’il le pouvait, autant qu’il pouvait comprendre ce qu’elle lui disait, mais tout ceci était tellement compliqué. Trop compliqué pour lui. Pourtant, est-ce qu’il pouvait la laisser partir comme ça, sans rien dire ? Non, il n’était pas d’accord, il ne pouvait pas le faire, concrètement, c’était trop difficile. « Emma… attend ! » Il la poursuivit pour l’attraper doucement par le bras. Bon, et maintenant ? Qu’est-ce qu’il pouvait lui dire. Il ne pouvait pas continuer à être aussi cruel. « Ecoute, je suis désolé d’accord… je ne voulais pas être aussi cruel… mais comprends moi, je ne m’attendais pas à te voir ici… Et puis ça… je veux dire le bébé… » Comment il pouvait parler d’une telle chose. Ce bébé était là sans même qu’il ait pu s’y attendre. Et en la regardant de plus près, il remarqua que des choses avaient physiquement changé chez elle, comment avait-il fait pour ne pas s’en rendre compte ? « Tu peux comprendre que ce soit inatendu ! Je ne pensais pas que c’était une possibilité. Je croyais qu’on avait fait attention cette nuit là… tu peux imaginer ma surprise… » Parce que oui, ils avaient fait attention, peut être les premières fois, et ensuite… à vrai dire, Andrew imaginait bien qu’ils n’avaient été que pris par la passion du moment. « Arrête, je ne veux pas que tu sortes de ma vie pour toujours. Mais tu peux comprendre que ce soit une surprise à laquelle je ne m’attendais pas. Cela fait des mois… » Quand bien même elle aurait voulu avorter, c’était aujourd’hui bien trop tard. Et puis Andrew n’avait jamais été pour l’avortement. Il la regardait, les bras balants à présent. Qu’est-ce qu’il pourrait dire ou faire à présent.
made by black arrow

-●-

    Love me like you do ◇ everything hurt when i think about you. i wanted to spent my life with you and finally you don't expect the same. I still love you anyway.  copiright. endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: «Je sais les hivers, je sais le froid, mais la vie sans toi, je sais pas»-Ft Stonefield   

Revenir en haut Aller en bas
 

«Je sais les hivers, je sais le froid, mais la vie sans toi, je sais pas»-Ft Stonefield

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tu sais, je ne suis pas la meilleure mais je fais de mon mieux ... [PV]
» Juste quelques minutes... Je ne sais pas vraiment pourquoi je suis là, mais... Accepte-les juste.
» Si tu ne sais pas pour quoi tu es prêt à mourir, alors tu ne sais pas pour quoi tu vis ~
» Je sais une église... écrit sans un seul O
» "Je t'apprécie beaucoup tu sais...."(with EMY!)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astoria People :: THE TOWN :: Faune & Flore :: La plage-